Ce site est consacré à l'histoire de Combejean un village faisant partie de la commune de Pierrerue* Le village est entouré de plusieurs hameaux et mas : Les Troubadariès, La Bosque, Le Priou, Le Mas Neuf, Canimals-le-Bas, le Château du Tendon, La Gineste et Rouvignac. Situé au pied de Montahuc (691m), il est traversé par la départementale D177, entre Saint Chinian (3 km) et Prades sur Vernazobres*(4,5 km).
La rivière qui passe en bordure s'appelle le Vernazobres, la source est située à Malibert* à quelques kilomètres. Une rivière paisible en temps ordinaire, mais elle peut être très destructrice dès que le niveau de l'eau monte, les riverains ont en mémoire une inondation très meurtrière le 12 septembre 1875 (97 victimes).
Sur l'Avenue de Saint Chinian on peut visiter le musée " DELS VINHAIRONS " on y voit l'outillage d'autrefois.
L'activité économique de la commune repose sur la production du vin pour l' AOC Saint-Chinian.

Location d'un gîte à la semaine sur Combejean

Quelques sites
Posté par: Fraid
le 11 mars 2007
Un album souvenir
Posté par: Fraid
le 28 novembre 2005
Un album souvenir de carte postale ancienne en diaporama ici
Fin de La Septimanie
Posté par: Fraid
le 16 octobre 2005
Le Languedoc-Roussillon restera, et l'histoire de la région continue ...
La Septimanie
Posté par: Fraid
le 30 août 2005
La Septimanie l'avenir du Languedoc-Roussillon ?
Le Vernazobres
Posté par: Fraid
le 5 octobre 2004
Vous trouverez dans la rubrique Histoire une poésie écrite par M. Courteville sur l'inondation de Saint-Chinian en 1875.
* PIERRERUE

Origine du nom: de Petra rua (1342) de latin petra rubra : pierre dure, terre pierreuse.

Remarquable par sa situation originale, autour d'une source à mi-pente et par son église du XVIème siècle qui d'un promontoire domine le vallon, le village de Pierrerue se distingue également par deux de ses enfants aux personnalités contrastées et pratiquement contemporaines:
Le capitaine Bacou, à la tête d'un parti de religionnaires, ruine en 1578 l'abbaye de Saint Chinian, celle de Fontcaude après avoir occupé Thézan et Cessenon, avant de partir ravager le Minervois.
Du petit fort qu'il fait édifier près de la forge paternelle, il menace les environs, jusqu'à sa capitulation à Minerve devant les troupes du duc de Montmorency. Ce dernier ordonna la destruction du "castelas" et obligea Bacou à quitter la région.
Dom Grégoire Tarisse, né en 1575 et parent du précédent fut prieur-curé de Cessenon avant d'arriver grâce à ses qualités morales et intellectuelles au sommet de la hiérarchie religieuse. A 48 ans il soutient la réforme de l'ordre bénédictin dit de "Saint Maur", nouvelle congrégation apparue en 1618. Il favorise l'adhésion du monastère de Saint Chinian à cette congrégation, lui donnant un second souffle. En 1630, à 55 ans il en devient le Supérieur Général.


* PRADES SUR VERNAZOBRES

Origine du nom:
1-Prades, pratis : près.
2-Vernazobres : nom de rivière composé de latin vernus nom d'arbre : aulnes, et dubrun gaulois : eau ;
vernazobres : ruisseau qui coule au milieu des aulnes.

Dès le néolithique, des hommes ont vécu sur ces terres, couvertes à l'époque de forêts immenses d'arbousiers et de chênes verts. Plusieurs sites, où furent découvertes des poteries de plus de 4 000 ans avant J.C., en témoignent (Les Tuileries, Sarremale, La Serre ...).
A l'époque gallo-romaine, les hommes à partir de leurs comptoirs en bord de mer - Agde - s'infiltent à l'intérieur des terres (voie romaine encore visible de nos jours à Dounaro) et y vivent. De nombreux signes le comfirment : découverte de poteries (Mourel de l'Eglise), d'une villa avec de nombreux fragments de jarres au Poubérié.
Les invasions wisigothes déferlent sur cette commune vers l'an 418. Une chapelle érigée sur une crête de montagne à St Martin de Dounaro, découverte il y a quelques dizaines d'années, a livré son lots important de vestiges de cette époque, dont un pédicinus romains.
En 1362, la vigne fait son apparition. Les bergers vont transformer leurs habitudes et leur mode de vie en devenant agriculteurs pour cultiver la vigne, les oliviers et les céréales.


* Source du Vernazobres Malibert
"l'eau jaillit de la montagne"
Photo de la source du Vernazobres

La rivière naît d'une source vauclusienne ( sources abondantes qui s'échappent à la base des escarpement calcaires ; résurgence.) à 360 mètres d'altitude. L'essentiel des eaux du Vernazobres provient de trois sources, l'une en amont et l'autre en aval de Malibert, la troisième venant de l'Ilouvre en contrebas du pont du Poussarou sur la RN 112.
Descendant rapidement de Babeau (150 m en moins de 3 km), le Vernazobres rejoint la vallée de Saint Chinian. Traversant les communes de Pierrerue ( Combejean ) et de Prades sur Vernazobres, elle débouche dans l'Orb à 60 m d'altitude, en amont de la commune de Cessenon, après un trajet de 24 km.
 

Valid HTML 4.01 Transitional     Valid CSS!


Votre IP est 54.242.53.253   Votre FAI est Amazonaws

Fraid © Combejean 2002   Mes statistiques